Synopsis

Il y a huit siècles de cela, dans une tentative désespérée pour enrayer l'influence toxique de l'Entité, son ennemi mortel, le Primo Genesis érigea au cœur de Mornegeôle un édifice d'exanite gigantesque, la Flèche de Lumière, pour s'y enfermer avec elle. Aujourd'hui, affaiblie par les assauts toujours plus redoutables de l'Entité et de ses innombrables légions, Drusera s'accroche à un dernier espoir : celui de voir l'arrivée prochaine de puissants héros qui mettront enfin un terme à sa captivité...

Aujourd'hui Primo Genesis

Synopsis Liste
Hero Image

Première partie Un duel de volonté

Comme il en était depuis une éternité, elle se tenait immobile à l'ombre de la Flèche de Lumière. Elle surveillait son prisonnier, l'horizon crépusculaire aussi, où s'étiolaient ses espoirs. Car, comme il en était depuis une éternité, personne n'approchait. Le sol était hérissé de kystes scintillants. Une désolation immuable, à l'exception des rares monstruosités errant dans les collines, à l'affût d'un éventuel intrus. Sur ses épaules pesait la corrosive présence de l'Entité, guettant chacun de ses mouvements, anticipant la moindre de ses pensées. L'énergie de cet être qui la persécutait était sans limites, dès lors qu'il était question d'éroder ses défenses et sa volonté.

Des railleries vrillèrent son esprit avec la force de barbelés indécents. Quelle surprenante vocation. Aspirer ainsi à ta propre fin.

Elle demeura de marbre.

Quand te résoudras-tu à l'inévitable ?

Ignorant les sarcasmes, elle détacha un rocher d'un sommet voisin. Avec grâce, l'aiguillon minéral écrasa la tête d'une abomination de la Souillure. Les membres de la créature cessèrent bien vite de s'agiter.

Cette lutte est aussi futile que stérile. Un gâchis de notre temps, comme de notre potentiel. Ensemble, tout nous est possible ! L'entêtement n'est pas une vertu.

Dégageant des vapeurs noirâtres, la carcasse se liquéfiait déjà en une boue visqueuse. À son tour, le limon putride se cristallisa, éclatant aussitôt en mille fragments. Ceux-là donnèrent naissance à autant de rejetons vagissants, tous à l'image de leur géniteur aplati.

Quel besoin as-tu donc de ces armées, toi qui as la certitude qu'aucune aide ne me viendra ?

L'acte de création Nous plaît. En tant que tel.

La perversion de l'acte te plaît.

Nous.

Il n'y a pas de nous.

Il n'y a que Nous.

Ayant ramassé ses créatures, l'Entité les broya en une pulpe gémissante, avant de malaxer cette glaise, lui donnant une forme grotesque qui pivotait sur elle-même, celle de leur couple si mal assorti, mêlé et fusionnel, une caricature de ce Nous appelé de ses vœux. Elle lui répondit de la plus douce des manières, d'un frémissement des paupières qui oblitéra l'immonde réalisation et projeta un millier de lances d'exanite vers le sourire odieux de son ennemi juré. Avec délicatesse, l'Entité intercepta son cadeau en plein vol. Les pointes des lances se fissurèrent, une multitude de corolles s'épanouirent au soleil, en un obscène bouquet. Que l'Entité avait pris grand soin de ne pas effleurer, avait-elle observé. Après tout, certaines fleurs ont des épines.

À ton image, ta force de persuasion n'évolue pas.

Allons, allons. De ses ongles acérés, l'Entité testait les murs, comme toujours à la recherche de la moindre faiblesse dans le mortier millénaire. Et toi, alors ? Si tu ne t'opposes pas à moi, c'est que tu en es incapable.

Attendre le moment propice, ce n'est pas ne rien faire.

Même si après des siècles d'attente, cela revenait à peu près au même, admit-elle en son for intérieur.

Hero Image

Deuxième partie La longue veille

Au fil du temps, la Flèche de Lumière avait connu son lot de visiteurs. Des marées d'intensité variable, ponctuées par de longues sécheresses. Tous avaient été courageux. Puissants. Et tous avaient échoué, la plupart taillés en pièces par les séides de l'Entité. D'autres n'avaient pas eu cette chance. Prises vivantes, soumises à de monstrueuses expériences, ces pauvres créatures étaient devenues des abominations qui hantaient toujours les environs. Dans certains cas, elle aurait pu intervenir.

Les premiers millénaires avaient été paisibles. Le sort réservé aux intrus par les Eldans était alors vivace dans la conscience des peuples de la galaxie.

Rien ne dure, cependant. Chaque jour, le retour des créateurs s'était fait plus improbable. Et, dans les mémoires, la peur et le respect avaient laissé place à la cupidité et à l'ignorance. Sans surprise, les premiers arrivés avaient été les Osuns, même s'ils s'étaient bien vite découragés. Les survivants avaient renoncé avant même qu'elle n'ait eu le temps d'abattre une sixième montagne sur leurs têtes.

Plus tard, un Mégadroïde errant était venu enquêter sur le faible signal de ses camarades déchus. Au lieu de dissimuler la planète à ses capteurs, d'effacer sa mémoire et de le laisser poursuivre son chemin, elle l'avait attiré, cela sous l'œil vigilant de l'Entité. Après l'avoir désassemblé, elle avait offert ses systèmes au Gardien, dans l'espoir que l'analyse de ses mystères l'aiderait à surmonter ses difficultés récentes, son "instabilité". Un échec de plus. Mais cet acte de destruction gratuite lui avait tout de même procuré une satisfaction : il avait surpris l'Entité. Car elle avait voulu son prisonnier comme témoin, qu'il sache de quoi elle était capable. Il devait comprendre que son grief n'était plus idéologique. Elle en faisait désormais une affaire personnelle.

En l'espace de tant de siècles, rarement avait-elle pensé aux Cassiens. Et encore, seulement pour espérer que leur monde si lointain échapperait à l'apocalypse promise. Du moins un peu plus longtemps, chaque moment de répit était précieux.

Un jour, au lieu de procéder à ses analyses habituelles, elle avait porté son regard curieux vers l'espace. Elle avait été mue par un instinct irraisonné ; pourquoi aurait-elle été avide de nouvelles de ces régions qui ne la concernaient plus ? Pourtant, dans une étincelle de métal ballottée par la houle du cosmos, elle y avait découvert un humanoïde en train de mourir de froid.

Hero Image

Troisième partie Le moment propice

Comme il en était depuis une éternité, elle se tenait immobile à l'ombre de la Flèche de Lumière. Des éclairs zébraient les cieux, foudre et tonnerre martelaient la terre tel un couple de forgerons déments. L'Entité aimait tout particulièrement la provoquer en faisant la pluie et le beau temps. Un moyen élégant d'évoquer leurs communes origines élémentaires.

Pendant une année, ou peut-être moins, elle contempla ses protections luisantes qui tournoyaient au-dessus du paysage ravagé. Sur le passage de l'Entité jaillissaient des hordes de créatures frémissantes. À l'occasion d'ailleurs, son ennemi s'arrêtait, et des décharges scintillantes cinglaient les défenses du plateau, comme toujours à la recherche de la moindre faille.

Prends garde ! Elle croisa les bras. Rappelle-toi, la dernière fois...

... ta réaction avait été autrement plus violente. Serais-tu en train de faiblir ? Crois-tu toujours que le salut viendra de ces misérables vermisseaux, pour lesquels Nos créateurs ont dilapidé tant d'énergie ?

Les mots de l'Entité avaient le pouvoir corrosif de l'acide, et dans son esprit défilèrent brièvement tous ceux en qui elle avait cru, autant d'étincelles d'espérance soufflées avec mépris. Aucun brave n'était même jamais arrivé en vue de la Flèche de Lumière.

La fin de ces brèves existences n'aurait pas dû l'affecter autant. Après tout, même les plus grandes ambitions de ces fragiles créatures demeuraient aussi passagères et capricieuses que la brise du crépuscule. Dès lors, pourquoi tant d'émotion à chaque nouvelle victime ? Même la disparition des Eldans ne l'avait pas bouleversée à ce point... Au fond, elle connaissait la terrible réponse : elle portait seule l'effroyable responsabilité de la disparition de ce potentiel infini.

Seule, elle était trop faible pour l'abattre.

Reconnaître cet état de fait la terrifiait, et admettre cette faiblesse en sa présence la révulsait, mais telle était l'atroce vérité : ses protections faiblissaient. Et si l'Entité avait raison ? L'univers était imparfait. Et cette imperfection perverse empirait impérieusement. Valait-il mieux tout recommencer ? Était-ce d'ailleurs l'unique voie ? Était-ce cela, le moment propice qu'elle avait attendu en vain ? Quoi qu'il en soit, plus vite elle se résoudrait à cette idée, plus vite...

… Nous rebâtirons. Non sans une certaine tristesse, l'Entité lança un ordre, et ses légions s'ébranlèrent, griffant et grinçant. Les créatures tombèrent par milliers, seulement pour être aussitôt remplacées.

Sa vision se brouilla et s'obscurcit. Elle ouvrit la bouche, l'aveu de la défaite sur le bout de la langue... Mais l'Entité ne la contemplait plus. Grimaçant, son prisonnier fixait l'horizon où se détachaient de minuscules silhouettes.

Attends-tu des visiteurs ? Pour une fois, moqueries et sarcasmes brillaient par leur absence. À ta place, je les inciterais à rebrousser chemin. Une émotion qu'elle ne reconnaissait pas teintait ses paroles. Le doute ? Ma patience a des limites.

Un éclat de rire déferla de ses lèvres. Arrête-les, si tu le peux !

Tu ne t'opposeras pas à moi ?

Un sourire carnassier découvrit ses dents, comme les légions de l'Entité se consumaient dans un brasier soudain. Je n'ai pas dit cela.

Et, illuminant son éternel et admirable défi, ses protections se nimbèrent d'une énergie renouvelée.